Qu’est-ce que la présomption d’innocence ?

L'homme

Nous ne comprenons peut-être pas les subtilités des litiges, mais nous savons qu’il existe une certaine présomption d’innocence qui nous protège. C’est un principe de base du droit pénal qui protège tout le monde jusqu’à ce que la culpabilité soit prouvée.

Qu'est-ce que la présomption d'innocence ?

💚 Sur le sujet : 7 symboles célèbres dont vous ne connaissiez peut-être pas les origines.

 

Qu’est-ce que la présomption d’innocence ?

En latin, la phrase sonne comme praesumptio innocentiae. L’idée est que toute personne est initialement présumée innocente jusqu’à ce que son crime soit prouvé par la partie accusatrice. Le droit pénal de la plupart des pays contient cette disposition sous une forme ou une autre. La culpabilité d’une personne doit être prouvée afin d’obtenir une condamnation, et ses propres aveux ne peuvent être pris en compte comme seule preuve. Toutes les inexactitudes dans la base de preuves, les doutes, doivent être interprétés par le tribunal en faveur de l’accusé. Un verdict ne doit pas être rendu sur la base d’un simple doute, sans que des preuves aient été réunies.

La formulation de la présomption d’innocence elle-même provient initialement du droit romain, où la présomption de bonne foi était appliquée dans les litiges relatifs à la propriété. Au fil du temps, la règle a fini par être appliquée dans la justice pénale. Dans les écrits des juristes romains, on trouve la phrase in dubio pro pre, qui signifie « en cas de doute, prenez le parti de l’accusé ». Et dans l’Europe du XVIIIe siècle, la doctrine a été façonnée par C. Beccaria dans « On Crimes and Punishments ». En 1789, la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen » de la France révolutionnaire a érigé la présomption d’innocence en principe juridique.

En Russie, ce principe a d’abord été formulé par Radichtchev, puis repris par les décembristes. La société l’a acceptée et, au XIXe siècle, la présomption d’innocence a commencé à être activement mentionnée dans la littérature juridique nationale. Dans les procès criminels, il était d’usage de présumer de l’innocence. Le concept de présomption d’innocence ne figurait pas dans la constitution soviétique, ni dans la constitution russe. Mais le principe est toujours considéré comme une norme juridique contraignante.

🔥 Voir aussi :

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.