Vitesses spatiales : à quelle vitesse faut-il voler pour quitter la Terre, le système planétaire et la galaxie ?

Instructions, L'homme

Bien que l’exploration spatiale nationale traverse une période difficile, pour ne pas dire plus, de plus en plus de personnes de tous âges et de tous niveaux d’éducation s’intéressent aujourd’hui à l’espace. L’espace au-delà de notre planète devient de plus en plus intéressant, accessible et compréhensible grâce aux efforts des investisseurs privés et des communicateurs scientifiques, attirant les citoyens curieux pour acquérir de nouvelles connaissances.

Fusée

Dans ce matériel, nous discuterons brièvement, en évitant les explications et formulations complexes, des vitesses cosmiques nécessaires pour surmonter les champs gravitationnels des objets astronomiques. Nous entendons souvent des expressions telles que « première (deuxième, troisième, quatrième) vitesse spatiale » dans les actualités, mais tout le monde ne comprend pas de quelles vitesses il s’agit et comment elles sont définies.

💚 Sur le sujet : Les 10 plus petits pays du monde.

 

Qu’est-ce que la vitesse spatiale ?

Les vitesses spatiales en astronautique (nous ne parlons pas seulement des vols habités, mais pour des raisons de commodité, nous appellerons tous les lancements d’engins spatiaux artificiels astronautiques) sont utilisées pour calculer la vitesse minimale requise pour le lancement :

1. Vaisseau spatial en orbite autour de la Terre ;
2. Vaisseau spatial se déplaçant en dehors du champ gravitationnel de la Terre ;
3. Missions d’engins spatiaux en dehors du système solaire ;
4. Les vaisseaux spatiaux s’aventurent en dehors de la galaxie de la Voie lactée.

Naturellement, les formules de calcul des vitesses spatiales s’appliquent non seulement à notre planète, mais aussi à tout autre objet dans l’univers, mais nous ne considérerons que les valeurs pertinentes pour les vaisseaux spatiaux basés sur la Terre.

💚 Sur le sujet : Qu’est-ce qu’un carat ? Comment déterminer le poids et la teneur en carats d’une pierre précieuse ?.

 

Première vitesse spatiale – 7,9 km/s

Pour se mettre en orbite autour de la Terre, un satellite doit avoir une première vitesse cosmique ou circulaire, qui pour notre planète est d’environ 7,9 km/sec. Dans ce cas, l’objet sera maintenu en orbite par ce que l’on appelle communément la force centrifuge, tandis que le mouvement de la Terre et la gravité ne permettront pas au satellite de quitter le champ gravitationnel de la planète.

Il en découle une déduction simple et intéressante : que se passe-t-il si nous jouons avec les chiffres de la formule de calcul de la première vitesse spatiale (V1 = (GM/R) à la puissance 1/2, où M est la masse de l’objet, R est le rayon et G est la constante gravitationnelle) et que nous substituons des données qui détermineront la première vitesse spatiale de l’objet imaginaire comme étant égale à la vitesse de la lumière (un peu moins de 300 000 km/sec) ?

formule de vitesse du premier espace

Nous obtiendrons un objet de masse énorme et de petit rayon, sur lequel la lumière pourra tomber, mais les photons ne pourront plus quitter son champ gravitationnel, car cela nécessite une seconde vitesse cosmique, qui dans ce cas dépassera la vitesse de la lumière, ce qui est impossible dans l’univers connu. C’est un objet dont tout le monde a entendu parler et que les astrophysiciens appellent un « trou noir ».

💚 Sur le sujet : Qui est venu en premier, la poule ou l’œuf ? Les scientifiques ont pu donner une réponse concrète.

 

Deuxième vitesse spatiale – 11.2 km/sec

En 1959, l’URSS a lancé la station interplanétaire automatique Luna-1, le premier objet artificiel à quitter le champ gravitationnel de la Terre et à devenir un satellite du Soleil. Pour ce faire, le véhicule a dû accélérer jusqu’à la deuxième vitesse spatiale (ou vitesse d’évasion), qui est d’environ 11,2 km/sec pour la Terre. En quittant la Terre à cette vitesse, l’objet entre dans une orbite parabolique qui, en supposant qu’il n’y ait pas d’autres corps dans l’univers, lui permettrait de s’éloigner infiniment de la planète.

💚 Sur le sujet : Comment sont nés les noms de marque : Ikea, Lego, Pepsi, Reebok, Skype, Sony, Canon, Google – 16 histoires sur les origines des noms de sociétés célèbres.

 

Troisième vitesse spatiale – 16,6 km/s

Il est impossible de déterminer la valeur exacte de la troisième vitesse spatiale, car elle peut fluctuer très largement. C’est l’angle de lancement par rapport à la trajectoire orbitale de la Terre et le contact avec les champs gravitationnels des autres planètes, qui peuvent à la fois accélérer et décélérer le vaisseau spatial. La valeur minimale de la troisième vitesse spatiale est estimée à 16,6 km/sec.

💚 Sur le sujet : 100 photos avec des illusions d’optique dans la vie réelle.

 

Quatrième vitesse spatiale – 400-600 km/sec

Un terme rarement utilisé car les valeurs qu’il définit sont hors de portée de notre cosmonautique dans un avenir prévisible. La quatrième vitesse spatiale implique un vaisseau spatial s’envolant hors de la galaxie, ce qui est en principe impossible au niveau actuel et prévu du développement technologique. Si l’on considère que notre système solaire tourne autour du centre galactique à environ 220 km/sec, la vitesse estimée d’un véhicule artificiel pour un vol hors de la Voie lactée peut être estimée à 400-600 km/sec.

🔥 Voir aussi :

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.