Pourquoi et comment une personne pleure

L'homme

Les gens commencent à pleurer dès leur naissance. Cette réaction naturelle du corps reste avec nous pour toujours, elle se manifeste quand nous sommes tristes et quand nous sommes heureux. Mais pourquoi une personne pleure-t-elle et comment cela se produit-il ?

Pourquoi et comment une personne pleure

💚 Sur le sujet : Qui est venu en premier, la poule ou l’œuf ? Les scientifiques ont pu donner une réponse concrète.

 

Larmoiement

Tout d’abord, il convient de distinguer les larmes des pleurs, car il s’agit de deux processus quelque peu différents. Les larmes sont nécessaires à nos yeux, car ce fluide humidifie, nourrit et, oui, protège en permanence les tissus délicats. La cornée n’a pas de vaisseaux sanguins, il n’y a donc aucun autre moyen de la nourrir. Le corps réagit en libérant des larmes en présence de certains stimuli externes. Le liquide parvient à donner à l’œil une protection supplémentaire. Nos larmes, comme la salive, contiennent une substance appelée lysozyme, qui a un effet antimicrobien. Les larmes peuvent être déclenchées par des odeurs piquantes (poivrons, oignons) et même par un bâillement. Le corps y réagit par réflexe, la réaction est arbitraire, comme si nous avions été frappés ou piqués. L’irritation des muqueuses entraîne également la production réflexe de larmes, les récepteurs du nerf trijumeau étant les coupables. Il faut dire que l’homme n’est pas unique en la matière ; certaines espèces animales possèdent un mécanisme similaire. C’est simple : le corps réagit par le larmoiement lorsqu’il voit un danger quelconque pour l’œil.

💚 Sur le sujet : Comment les oiseaux savent-ils où se trouve le sud ?

 

Pleurer

Les larmes de pleurs, en revanche, apparaissent par un mécanisme différent. Pleurer est une réaction émotionnelle forte que l’on ne voit que chez les humains. Le plus souvent, elle découle d’une occasion négative, mais une grande joie peut aussi faire couler des larmes. Les systèmes limbiques émotifs spéciaux du cerveau sont responsables de la libération de liquide dans notre organe visuel dans une telle situation. Les glandes lacrymales reçoivent leurs commandes du système nerveux autonome, elles sécrètent de l’acétylcholine, un médiateur connu du système nerveux parasympathique. Grâce à ce composé organique, une sécrétion accrue de liquide lacrymal commence. Nos émotions : chagrin, tristesse, extase religieuse, bonheur débridé s’accompagnent de larmes en raison du travail des structures limbiques du cerveau. Il s’enroule autour de son sommet comme une ceinture.

Cette partie du cerveau signale la septième paire de nerfs crâniens. Leurs fibres parasympathiques augmentent la sécrétion de larmes. Le système nerveux parasympathique lui-même est conçu pour calmer et détendre le corps. Son travail aide une personne à se remettre d’un bouleversement émotionnel. Ce n’est pas par hasard que l’on dit : « Une petite larme guérit une grande peine ». Lorsque le corps est soumis à un stress inhabituel, le système parasympathique augmente son tonus, ce qui apaise le corps et l’incline au sommeil. Les larmes de joie sont sécrétées de la même manière que les larmes de chagrin. Les structures émotionnelles du cerveau sont également impliquées.

💚 Sur le sujet : Comment devient-on gaucher et pourquoi n’est-il pas nécessaire de rééduquer un gaucher ?

 

De quoi sont faites les larmes ?

Et les larmes elles-mêmes ne sont pas que de l’eau. Il s’agit d’un fluide composé généré par l’excitation des structures émotionnelles du cerveau. Il y a des hormones dans les larmes, comme la prolactine. Cette hormone adrénocorticotrope est responsable de la libération de cortisol dans les glandes surrénales. Ceci, à son tour, aide à réinitialiser les fonctions du corps en cas de stress. La prolactine en général est considérée comme une hormone de stress, et comme ses autres homologues peptidiques, elle affecte activement divers organes. Par exemple, cette hormone réduit la sensation de douleur ou favorise la sécrétion plus active du lait dans les glandes mammaires. On pense que c’est la prolactine qui atténue l’inconfort que ressent une mère lorsque son bébé mord ses mamelons.

On observe un taux élevé d’une autre hormone, l’enképhaline, dans la larme produite par les pleurs. Il réduit également les sentiments de douleur et agit en même temps comme un compagnon pour les émotions positives, le bonheur et l’euphorie.

Et le processus de pleurs lui-même ne s’accompagne pas seulement de la sécrétion de la glande lacrymale, certains des muscles faciaux sont également mis en action. Ainsi, de l’extérieur, vous pouvez observer les lèvres de la personne se contracter, son nez se contracter, ses sanglots se manifester et ses mâchoires bouger.

Il convient de parler des pleurs non pas comme d’une réaction physiologique, mais aussi comme d’une sorte de fonction de communication. Avec une telle réaction, vous pouvez comprendre les sentiments de votre interlocuteur, ce qui facilite la communication avec lui. Il est pertinent de rappeler la tradition russe consistant à garder des personnes en deuil spéciales qui créaient l’atmosphère de tristesse et de profond chagrin requise lors des funérailles. Pour un bébé, les pleurs sont un moyen d’attirer l’attention de sa mère, qui doit satisfaire les besoins simples de l’enfant. Il est intéressant de noter que jusqu’à l’âge de 4 mois, un bébé ne produit pas du tout de larmes lorsqu’il pleure, car son système nerveux n’est pas encore complètement développé.

🔥 Voir aussi :

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.