Entre les gratte-ciel sur un câble sans filet de sécurité : l’histoire étonnante de Philippe Petit

L'homme

Le 7 août 1974, il s’est produit à New York un événement dont les gens parlent depuis longtemps. Qui plus est, ces événements ont servi de base à plusieurs livres et films. Et pour voir ce qui se passait, les habitants devaient lever les yeux. Là, à une altitude de 411 mètres, un homme muni d’une longue perche marchait le long d’une corde tendue entre les bâtiments du World Trade Center nouvellement érigés. Le casse-cou et le fou étaient observés par des milliers de citadins. Le funambule n’avait pas d’assurance ! Entre-temps, cette insouciance avait une longue et intéressante histoire.

Entre les gratte-ciel sur un câble sans filet de sécurité : l'histoire étonnante de Philippe Petit

💚 Sur le sujet : Les ventriloques, ou comment parler et chanter sans ouvrir la bouche (vidéo).

Philippe Petit est né en France en 1949. Le garçon aimait toutes sortes d’astuces et de jeux depuis qu’il était enfant – ils étaient bien plus intéressants que les études ennuyeuses. Pendant que ses camarades lisaient des manuels, Philip s’entraînait avec des cartes à jouer et des balles de ping-pong. À son 18e anniversaire, le jeune homme avait changé cinq fois d’école, mais ce n’est manifestement pas là qu’il a acquis ses compétences. Petit a commencé à travailler dans le cirque, exécutant ses tours au sein d’une troupe itinérante. Mais dès l’âge de 16 ans, il s’est découvert une nouvelle passion : la marche à la corde. Il l’a tellement aimé que Peti a décidé non seulement d’apprendre un nouveau métier, mais aussi de devenir le meilleur au monde dans ce domaine.

Il s’avère que vous pouvez non seulement marcher sur la corde, mais aussi faire un certain nombre de tours. Il n’était pas difficile pour Philip de garder son équilibre, car il avait une excellente maîtrise de son corps. Et plus la corde est haute, plus c’est intéressant !

Et lorsque Philip avait 17 ans, il a vu un article intéressant sur la construction des plus hauts gratte-ciel du monde – les tours du World Trade Centre. Pourquoi ne pas grimper là-haut ? Le jeune Français a donc fait un rêve.

Entre les gratte-ciel sur un câble sans filet de sécurité : l'histoire incroyable de Philippe Petit

Pour y parvenir, les compétences ont dû être soigneusement affinées. Mais ce hobby ne se nourrissait pas bien. Le jeune garçon était obligé de gagner sa vie en faisant des tours de passe-passe et en jonglant dans les foires, et parfois même dans la rue. Le premier spectacle de Philippe Petit a eu lieu en 1971, alors qu’il n’avait que 22 ans. Le gars a marché sur la corde tendue entre les tours de Notre Dame de Paris.

Entre les gratte-ciel sur un câble sans filet de sécurité : l'histoire incroyable de Philippe Petit

La marche a été répétée plusieurs fois, et le casse-cou a également montré quelques-uns de ses propres tours à un public admiratif.

Entre les gratte-ciel sur un câble sans filet de sécurité : l'histoire incroyable de Philippe Petit Entre les gratte-ciel sur un câble sans filet de sécurité : l'histoire incroyable de Philippe Petit

La police l’a arrêté mais l’a rapidement relâché. Le corpus delicti était difficile à étayer.

En 1973, Philip était en Australie dans le cadre d’un festival international de magiciens et de funambules. En discutant avec des amis, le Français s’est vu proposer un spectacle similaire à celui de Notre Dame de Paris en Australie. L’idée a rapidement fait des adeptes et des sponsors. En une semaine, une corde est tendue entre les pylônes du pont du port de Sydney et le jeune Français la traverse à pied. La circulation sur le pont s’est arrêtée – tout le monde regardait le casse-cou en retenant son souffle. Petit a acquis une sorte de célébrité. Mais ce n’était manifestement pas suffisant pour lui.

En janvier 1974, Philip est venu à New York. Les tours jumelles devaient encore être inaugurées dans trois mois, mais une reconnaissance était nécessaire. Philip a amené un ami, le photographe Jim Moore. Ensemble, ils se sont rendus sur le toit d’un gratte-ciel inachevé. Là, Philippe a indiqué un bâtiment proche et a dit à son camarade découragé qu’il allait y aller à la corde. Une carte postale a été envoyée à des amis à Paris avec une photo des tours jumelles et une ligne tracée entre elles demandant : « Vous voyez ce que je veux dire ? ».

De retour chez lui, Petit commence à planifier son action audacieuse, un véritable « crime d’art ». Bien sûr, tout le monde l’a dissuadé de le faire. Mais Philippe était déjà plongé dans son rêve. Il rassemble toutes les informations qu’il peut sur les gratte-ciel en étudiant des photographies et des articles. Puis, en avril 1974, le garçon se rend à nouveau à New York. C’est là qu’il commence sa conquête de la ville avec les mêmes tours et jongleries de rue. Et les tours jumelles – elles sont là, si proches. Philip tourne autour d’eux, prenant des photos des entrées et des sorties, étudiant les itinéraires et les horaires des gardes. Il n’a pas hésité à donner presque tout l’argent qu’il gagnait pour louer un hélicoptère, qu’il a fait voler au-dessus des tours. Le plan exigeait des détails et des photos des toits. Il s’est avéré que les jours de grand vent, même les tours se balancent, et que les rafales peuvent jeter un homme d’un toit, sans parler d’une corde. La présence d’un poste de police dans le sous-sol du bâtiment nord a compliqué les choses.

Philip a rapidement réalisé que cette tâche serait bien plus difficile que tout ce qu’il avait rencontré auparavant. Et ce n’est pas du tout une question de taille. Notre Dame de Paris et le pont de Sydney sont des espaces publics qui n’étaient pas difficiles d’accès. Organiser une action similaire sur le toit du WTC est une toute autre affaire. Il n’est pas accessible aux personnes extérieures en raison de la présence de gardes de sécurité, de multiples serrures électroniques et d’agents de police avec des chiens. Le plan pour s’introduire dans le toit commençait à ressembler de plus en plus à un plan pour dévaliser une banque.

L’étape suivante de la formation s’est déroulée à nouveau en France. Philip a construit un modèle des tours chez lui et a consulté des professionnels sur la meilleure façon de lancer la corde et de la tendre. Une équipe de personnes partageant les mêmes idées a également été constituée, chacune étant prête à participer à la mise en œuvre d’un plan audacieux. Philip lui-même n’a jamais cessé de s’entraîner et d’affiner ses compétences et ses astuces jusqu’à la perfection. C’est ainsi que l’équipe arrive à New York en mai 1974.

La date de la performance a été reportée plusieurs fois, finalement le 6 août Philip et ses six assistants sont arrivés aux bâtiments du WTC dans un van banalisé. Les gars se sont séparés en deux équipes, habillés en chargeurs. De faux documents et de fausses lettres de voiture ont été utilisés pour entrer. Il faut dire que l’équipe a eu de la chance : dans l’agitation du voyage, personne n’y a prêté attention. Et l’équipement pesait très lourd – le câble d’acier pèse à lui seul environ 200 kilogrammes, auxquels s’ajoutent 25 kilogrammes d’une perche de huit mètres pour maintenir l’équilibre. Mais le cœur de chacun battait la chamade, et il semblait qu’à tout moment la police pouvait découvrir les tricheurs. Et donc, la nuit, les deux groupes sont montés sur les toits. Sous le pied se trouvait New York, la métropole qui ne dort jamais. À l’aide d’un arc et d’une flèche, une corde a été lancée au-dessus de l’abîme et une lourde corde a été passée de l’autre côté. Le travail n’a pas été terminé avant le matin.

Entre les gratte-ciel sur un câble sans filet de sécurité : l'histoire incroyable de Philippe Petit

Et c’est ainsi que Philippe Petit a posé le pied sur le câble d’acier. Les premiers pas n’ont pas été faciles – le canal n’était pas assez étroit – mais il n’y avait pas de retour en arrière. Philip a décidé que la tension était assez sûre. Ses amis se tenaient sur les toits et la foule se rassemblait en bas – le spectacle avait commencé ! Ça a duré 45 minutes complètes. Pendant ce temps, le Français a parcouru la distance entre les toits non pas une fois, mais jusqu’à huit fois! Petit a essayé de sceller ces moments excitants dans sa mémoire. Et il ne s’est pas contenté de marcher, il a aussi dansé, s’est assis sur la corde et s’est même allongé dessus. Et à un moment donné, Philippe a même baissé les yeux, sachant qu’il n’aurait plus cette opportunité. Et cela est considéré comme extrêmement dangereux pour un funambule.

Entre les gratte-ciel sur un câble sans filet de sécurité : l'histoire incroyable de Philippe Petit

Entre les gratte-ciel sur un câble sans filet de sécurité : l'histoire incroyable de Philippe Petit

Entre les gratte-ciel sur un câble sans filet de sécurité : l'histoire incroyable de Philippe Petit

Le spectacle fou et éprouvant pour les nerfs était hypnotisant, car les spectateurs saluaient le funambule, inquiets du sort du marcheur sans garantie au-dessus du précipice sur la corde fine.

Entre les gratte-ciel sur un câble sans filet de sécurité : l'histoire incroyable de Philippe Petit

Sur le toit, la police attendait Philip, essayant de l’arrêter : « Nous allons couper la corde ! On va vous descendre avec un hélicoptère ! ». Et n’importe laquelle de ces actions aurait tué l’équilibriste. Lorsqu’il a compris qu’il était temps d’arrêter de tester la patience des « dieux de la corde », il a terminé son discours. Dès que Philip s’est retrouvé entre les mains de la police, il a commencé à pleuvoir…

Entre les gratte-ciel sur un câble sans filet de sécurité : l'histoire étonnante de Philippe Petit

En bas, cependant, il a été accueilli par une véritable gloire de la part des journalistes et de nouveaux fans. Bien entendu, le Français a été libéré, inculpé uniquement pour trouble de l’ordre public et invité à se produire gratuitement devant des enfants à Central Park. Le lendemain, tous les grands journaux du monde ont écrit sur le funambule. Petit a reçu de nombreuses propositions commerciales : vendre des droits cinématographiques, écrire un livre, jouer dans une publicité. Mais Philippe réalisait simplement son rêve, il ne courait pas après les richesses ou la gloire bon marché.

Entre les gratte-ciel sur un câble sans filet de sécurité : l'histoire étonnante de Philippe Petit

Le spectacle déjanté de Philippe Petit lui a apporté la célébrité et de nombreux fans et amis célèbres. Le Français est resté à New York et a écrit plusieurs livres sur lui et son hobby. Son histoire est à l’origine de deux films, un documentaire et un long métrage.

Les performances de Philippe Petit démontrent clairement que la croyance en son objectif et en sa propre force peut faire d’un rêve chimérique une réalité. Il est humainement possible de se retrouver dans des endroits où cela semble impossible. Et même la peur de la mort à un tel moment passe au second plan. L’action de Petya a redonné aux gens la foi en un avenir meilleur, les ramenant à leurs rêves oubliés. Il s’avère que tout est possible dans cette vie !

🔥 Voir aussi :

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.