Des gens qui se noient dans la bière: l’inondation de la bière à Londres en 1814

L'homme

Une mer de bière est une expression populaire pour désigner la vaste gamme et le volume de bière disponible à la vente. Et tout comme quelqu’un rêve d’un camion de bonbons se renversant dans sa rue, quelqu’un rêve d’une véritable mer de bière. Entre-temps, il y a eu un cas dans l’histoire où une boisson mousseuse s’est littéralement répandue sur la mer. De plus, il y a eu une véritable inondation, qui a causé d’importants dégâts matériels et même la mort de plusieurs personnes. Ces événements sont entrés dans l’histoire comme l’inondation de la bière à Londres.

Des gens qui se noient dans la bière : l'inondation de la bière à Londres en 1814

💚 Sur le sujet : Viagra, superglue et 8 autres choses familières utilisées de manière non prévue par leurs créateurs.

L’histoire de la brasserie en Angleterre est longue et illustre. Au début du XIXe siècle, la Horse Shoe Brewery était l’une des deux plus grandes brasseries de Londres. Son propriétaire était Sir Henry Moe, dont le père était également dans le même secteur. De plus, Richard Moe a même construit la plus grande cuve de 20 000 barils de la capitale. Le fils a décidé de suivre son parent en construisant un char en bois de 6,7 mètres de haut.

Des gens qui se noient dans la bière : l'inondation de la bière à Londres en 1814

Il contenait 18 000 barils impériaux. Et quatre-vingt cerceaux de fer ont été utilisés pour sécuriser le navire. Moe’s brasse exclusivement du porter, une boisson sombre alors l’alcool le plus populaire de la capitale. Le liquide se trouvait dans d’énormes cuves, où il a mûri pendant des mois.

La brasserie elle-même était située près des bidonvilles de St Giles. Là, dans une zone de trois hectares, les gens vivaient au bord de l’effondrement social et économique. St Giles a été décrit comme un lieu où vivent et se rencontrent les rebuts de la société. De nombreuses familles vivaient carrément dans des sous-sols.

Des gens qui se noient dans la bière : l'inondation de la bière à Londres en 1814

Le 17 octobre 1814 à 16h30, un des magasiniers de l’entreprise a vu une bande de fer de 300 kilos glisser de la cuve principale. Ce faisant, il a été rempli de 33 tonnes de Porter de dix mois presque jusqu’au sommet. Mais le problème était bien connu : les courroies glissaient des cuves deux ou trois fois par an. Les travailleurs de l’entrepôt ont constaté ce fait et ont décidé d’écrire à leurs supérieurs pour leur demander de corriger cette déficience. Au bout d’une heure, le navire, sans attendre la réaction des gens, a soudainement éclaté. Un choc hydraulique a fait sauter une vanne d’arrêt d’une cuve voisine. Une réaction en chaîne a commencé. Un total de 128 000 à 323 000 gallons impériaux (500 à 1 500 mètres cubes) s’est écoulé des réservoirs. Le flux de liquide a détruit le mur arrière de la brasserie, pourtant haut de 7,6 mètres et épais de deux briques. Certaines pierres ont même atteint les toits des maisons voisines !

Des gens qui se noient dans la bière : l'inondation de la bière à Londres en 1814

Une véritable vague de 4,5 mètres de haut s’est formée, qui a d’abord déferlé sur la New Street voisine. La bière a complètement détruit deux maisons et le pub Tavistock Arms a ouvert une brèche dans un mur. Le sol autour du bâtiment était plat, ce qui a permis à l’onde de se propager rapidement dans la zone environnante. Le manque de drainage a permis à la bière de pénétrer dans les sous-sols où les gens grimpaient sur les meubles pour s’échapper. Au total, huit personnes sont mortes par noyade et à cause de l’effondrement des murs, dont des enfants. Il est intéressant de noter que les ouvriers de la brasserie eux-mêmes ont survécu, bien qu’ils aient dû être tirés de sous les décombres.

Des gens qui se noient dans la bière : l'inondation de la bière à Londres en 1814

Brasserie Horse Shoe (centre), à l’intersection de Tottenham Court Road et Oxford Street

Dans les jours qui ont suivi, des centaines de personnes sont arrivées sur le site du crash pour collecter de la bière. Les gens s’enivraient de cette boisson alcoolisée gratuite, peut-être même jusqu’à en mourir. Cependant, les journaux de l’époque ne font pas mention d’une quelconque fête de masse ; au contraire, la presse rapporte le comportement correct de la foule. Cependant, les journalistes avaient des préjugés à l’égard des immigrants irlandais vivant à St Giles, et le scandale aurait donc été couvert.

La zone située à l’arrière de la brasserie a été complètement détruite, comme par un incendie ou un tremblement de terre. Les badauds ont eu l’occasion d’examiner les restes des cuves en ruine. Et les corps des personnes tuées ont été exposés dans une cour voisine pour ceux qui souhaitaient les regarder et donner de l’argent pour les funérailles. On raconte que lors d’une de ces manifestations, la foule s’est effondrée sur le sol, tombant dans un sous-sol rempli de bière.

Bien sûr, les autorités ont enquêté, interrogeant des témoins. Le jury a rendu un verdict selon lequel les décès étaient dus à un accident qui n’engageait la responsabilité de personne. Cette décision a évité à la société de Moe’s de devoir verser des indemnités, mais le producteur s’est néanmoins retrouvé dans une situation financière difficile : outre la perte de bière, des taxes avaient déjà été payées sur celle-ci, et il y avait encore un bâtiment à rénover et de nouvelles canettes à acheter. La catastrophe a coûté 23 000 £ à Mo, mais le Parlement a contribué à réduire les paiements d’impôts, sauvant ainsi la société de la faillite.

La brasserie a fonctionné sur ce site jusqu’en 1921, date à laquelle elle a été démolie et le Dominion Theatre a été construit. L’accident lui-même a conduit l’industrie brassicole à retirer de la circulation les grandes cuves en bois et à les remplacer par des cuves en béton revêtues.

🔥 Voir aussi :

Пожалуйста, оцените статью

Средняя оценка / 5. Количество оценок:

Оценок пока нет. Поставьте оценку первым.