En quoi « l’utopie » est-elle différente de la « dystopie » ?

L'homme

C’est un mot que nous utilisons le plus souvent, mais pas tout à fait dans son sens premier. Parler d’une « utopie », c’est sous-entendre quelque chose d’impossible et d’irréaliste, qui a très peu de chances de se réaliser. Il s’agit généralement d’un plan ou d’une entreprise. Mais le terme lui-même est beaucoup plus large, ayant sa propre base littéraire et même scientifique, sociale. Et parfois, le mot antonyme, « dystopie », est également utilisé. Découvrons l’histoire de ces mots et comment ils sont entrés dans notre vocabulaire.

utopie

💚 Sur le sujet : Qu’est-ce que le « statu quo » et comment l’utiliser ?

 

Qu’est-ce qu’une « utopie » ?

Le mot « utopie » est d’origine grecque, formé de deux mots signifiant soit « bon endroit », soit «endroit inexistant ». Le mot est entré dans la langue moderne grâce à un livre du philosophe anglais Thomas More, un livre d’or assez utile et aussi divertissant sur la meilleure organisation de l’État et la nouvelle île d’Utopie. Il a été publié en 1516. Ce livre tentait lui-même de réunir les traditions humanistes du Moyen Âge, enracinées dans la culture latine, et celles de la culture antique, grecque. L’histoire de cette œuvre est très complexe ; elle est passée par plusieurs éditions, qui ont corrigé le sens du livre. Et Mohr lui-même a été dépeint comme un réformateur protestant, un philosophe et même un socialiste. Oui et l’auteur a joué librement avec le langage et les significations, seulement pour embrouiller le lecteur.

Dans la première partie de l’Utopie, Thomas More critique la société moderne, dénonçant le despotisme, la dépravation de la classe supérieure et la situation des paysans. Et dans la deuxième partie, l’auteur décrit son état idéal. Elle était dirigée par un monarque et les travaux les plus durs étaient effectués par des esclaves criminels. Le travail en Utopie est obligatoire pour tous, et exclusivement à la main. Dans ce pays idéal, il n’y a pas d’argent et la nourriture est distribuée en fonction des besoins. L’Utopie est construite sur la base de la démocratie – tous les postes sont élus, il y a égalité des sexes. Selon Moore, la religion peut être n’importe quoi, seul l’athéisme est interdit.

La réflexion sur la forme de l’État ne vient pas de nulle part. Thomas More s’est inspiré des œuvres de Platon sur l’État, Critias, et des récits de voyage du XVIe siècle, comme celui d’Amerigo Vespucci. Il s’est clairement inspiré des écrits et des ballades politiques de Chaucer. Les réflexions sur l’état idéal ont ensuite été répétées à de nombreuses reprises. On peut penser à Tommaso Campanella et à sa Cité du soleil, à William Morris et aux Nouvelles de nulle part, tandis que dans la littérature russe, des idées similaires sont venues à l’esprit de Nikolai Chernyshevsky, notamment dans son ouvrage What Is to Be Done ?

Plus près de notre époque, aux XIXe et XXe siècles, le terme littéraire-social a pris une certaine connotation négative et péjorative. C’est le nom donné aux traités qui proposent un changement radical de la forme existante des relations sociales. Le mot « utopie » a fini par signifier le rejet total du système existant et son remplacement par un nouveau système, qui semble idéal pour l’auteur. Néanmoins, cette critique elle-même, même si elle est exprimée en ces termes, était importante. Après tout, nombre des principes de la démocratie et de la moralité modernes sont nés dans des utopies. Et l’on a eu l’occasion de réfléchir aux moyens de construire une société meilleure et aux conséquences de certains scénarios.

Le mot « utopie » a également pris racine dans le langage courant, signifiant un état de choses qui convient à tous. Sauf qu’en réalité, cela n’est guère possible. C’est dans l’utopie qu’apparaissent les droits universels et l’égalité, la paix totale, le triomphe de la justice et de la fraternité.

💚 Sur le sujet : La garde suisse, ou pourquoi le pape ne peut être gardé que par des Suisses ?

 

Qu’est-ce que la « dystopie » ?

Qu'est-ce que la

Le terme « anti-utopie », comme l’indique la particule « anti », désigne le contraire d’un monde idéal. Et elle a une base littéraire. C’est le nom donné à une œuvre dans laquelle tous les liens sociaux de la société sont brisés, une crise des idées et le déclin de la technologie et la destruction des anciens idéaux sont mis en marche. Le mot « dystopique » n’est apparu qu’assez tard : en 1868, le terme a été utilisé par le philosophe anglais John Stuart Mill. La « dystopie » en tant que genre littéraire est apparue encore plus tard, en 1952, dans l’ouvrage de Glenn Negley et Max Patrick intitulé In Search of Utopia.

Un trait distinctif de la dystopie est la tentative d’envisager des options pour le développement de la société dans le sens d’une augmentation des tendances sociales négatives.

Si l’utopie décrit un état idéal et prospère, la dystopie est la société dont nous craignons l’émergence, avec des choix moraux constants.

Les dystopies les plus célèbres sont 451 degrés Fahrenheit de Ray Bradbury et 1984 et Animal Farm de George Orwell. Dans la littérature russe, Andrei Platonov avec Kotlovan, Evgeny Zamyatin avec My, Valery Bryusov avec Zemlya (Terre) se sont illustrés dans ce genre.

Les anti-utopies sont également importantes ; elles offrent une vision critique de la société contemporaine et mettent en lumière les tendances inquiétantes du développement. On nous montre un monde dans lequel l’homme ne peut que survivre et rêver de faire revivre ses anciens idéaux. Nous parlons peut-être d’un État totalitaire dans lequel le contentement universel est obtenu par une puissante propagande. Mais le lecteur comprend le véritable contexte de ce qui se passe. Anti-utopie – esclavage légalisé et triomphe de l’État sur l’individu, dans cet état de fait la plupart des citoyens souffrent.

🔥 Voir aussi :

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.